Фон, заставка, обои, wall.png

Peut-on dire qu'on a touché le fond quand on a tapé " trouver l'homme de sa vie " sur Google ?
Oui je l'ai fait. Et oui ça craint.

Mais je ne vais pas faire état ici de ma vie affective. Ça relève d'un autre champ de compétences, entre la magie noire, les phénomènes sociaux et la psychiatrie, je dirais...

C'est juste assez percutant de regarder avec un peu de hauteur le réflexe que j'ai eu. Qui s'apparente plutôt à un geste de survie.
J'étais là, devant mon ordinateur, au milieu du salon, les yeux dans le vague. Je ne peux pas vraiment dire que je réfléchissais puisque depuis quelques jours, je me sentais cérébralement incapable du moindre effort.
Il y avait la télé en fond qui diffusait ses habituelles variétés du samedi soir et je venais de m'envoyer trois épisodes de Harlots (Filles De Joie, en français). Excellente série sur le sexe bon marché et l'amour financier.

Mes samedis sont rarement aussi palpitants que mon âge le voudrait. Mais j'ai l'habitude de me tenir occupée pour chasser la sensation de vide...

Pour une fois que j'avais une minute de vide, je n'ai rien trouvé de mieux à faire que ça. Chercher sur internet la recette de l'amour. J'ai eu l'impression que mon doigt avait cliqué tout seul. Comme une pensée qui se serait échappée de moi pour agir à ma place, sans me demander mon avis.

J'ai lancé la recherche et j'ai parcouru les résultats, les sourcils froncés. M'arrêtant mécaniquement sur ceux qui me paraissaient les plus sérieux et de source sûre.
Comme si je pouvais régler cet aspect de ma vie comme les autres.

On cherche un appartement ? Petites annonces.
Problème de santé ? Doctissimo.
Créer une entreprise ? Forums.
Et pour l'amour.... Bonne chance.

Des résultats il y en a. À toutes les sauces.
Entre les applis de rencontres en tous genres, dont les plus populaires concernent les plus de 50 ans et les nymphos anonymes, et les Docteurs Love qui proposent des méthodes éclairs, en trois étapes et douze mois de salaire, pour être heureux jusqu'à la fin de ses jours, il y a de quoi faire.
On serait presque rassuré de croire que le 21ème siècle a rendu cela aussi simple que de se commander des sushis....!

Mais ça, ce n'est que de la consommation. Si on parle de véritable amour, pulpé, concentré, d'alchimie, de relation de chair à chair, là, c'est encore autre chose.

Des conseils, on en trouve à la louche. Reste à les assimiler...

Je suis tombée sur un article d'un grand magazine féminin, du même nom qu'un célèbre cocktail, qui énumérait les éternelles règles d'or pour espérer tomber sur quelqu'un de bien.

Vous allez voir, c'est très simple...

• S'aimer soi-même
Sur le principe je suis complètement d'accord. Mais peut-on s'aimer pleinement et uniquement par soi-même, comme le ferait un autre ? Je ne pense pas être capable de faire tout le boulot toute seule. Certes, la pire chose à faire serait de décharger tout son besoin d'amour sur le premier mec sympa qui se porte candidat... Mais il y a un équilibre à trouver.
Perso, je ne me vois pas me rouler des pelles ou feindre la surprise en découvrant le dîner aux chandelles que JE ME suis préparée.


• Rester soi-même
Bien sûr. On est d'accord que le naturel revient au galop. Et que toute personnalité mérite d'être valorisée.
Mais on est aussi d'accord que si je déballe mon humour noir extrême et les secrets profonds de mon caractère polymorphe à la première conversation, je réduis mon potentiel de séduction d'environ 80%.
Alors prendre des risques, ok, mais il faut savoir ce qu'on veut dans la vie.


• Prendre des initiatives et accepter les propositions
J'entends par là qu'il faut sortir plus souvent, avoir suffisamment d'amis fêtards et toujours dispos, être assez populaire pour recevoir des invitations de tous les côtés. Ou bien passer son temps libre à errer dans les rues et entrer là où on aperçoit de la lumière.
Sans oublier qu'une vie sociale demande de l'énergie et du temps. En plus du travail, des tâches quotidiennes, des soins de beauté et de tout ce qu'on fait pour survivre dignement...
Du coup, qu'est-ce que je fais ? Je quitte mon boulot pour me consacrer à la recherche du grand amour ? Ah oui mais non... Le chômage et la dépendance financière, c'est mauvais pour le sex appeal. Bon.... On est coincé je crois.


• Ne pas chercher l'homme de sa vie à tout prix (chaque sortie ne doit pas être un prétexte à rencontrer quelqu'un)
Ouais... Enfin, là-dessus, pas de danger. Je n'ai jamais l'impression de choisir : sortir pour s'éclater, pour trouver un crush ou pour acheter du papier toilette, je rentre toujours célibataire, que je le veuille ou non.
J'ai tout de même suivi le conseil. Je suis retournée sur la page précédente, j'ai tapé " rencontrer quelqu'un " (ce qui serait déjà pas mal au point où on en est)...et devinez quoi ? Je suis tombée sur le même article.


• Ne pas être trop exigeante
J'ajouterais : "...mais un peu quand même. "
J'ose penser que la majorité des lectrices qui se réfèrent à cet article n'ont plus l'âge des contes de fées...
Mais il y a une petite marge entre chercher l'inexistante perfection et se respecter un minimum.
Je n'ai jamais vu une femme trouver l'amour en tortillant le derrière au moindre détail et en s'accrochant à une espèce d'idéal qui ne veut rien dire. Et je n'en ai jamais vu non plus trouver le bonheur en faisant semblant d'être satisfaite par le premier venu.
Si on est un peu mature, on sait que les gens sur-mesure n'existent pas. On sait aussi ce qui est essentiel à notre bonheur.


• Prendre son temps
Ce qui serait plutôt " laisser le temps ", étant donné que c'est lui le patron.
C'est vrai qu'on fait rarement quelque chose de bien dans la précipitation. Pourtant ce n'est pas si simple. Car chacun a un rapport différent au temps qui passe. Certains ont peur de ne pas avoir le temps. D'autres prennent tellement leur temps que l'amour ne les attend pas.
Parfois, c'est aussi bon de ne pas réfléchir.

Je précise que je n'ai rien contre ce magazine, puisque j'y trouve habituellement une dose raisonnable de réconfort. Sauf cette fois-ci...

Si je comprends bien, il faut être heureux avant d'être heureux.
Non, non, je ne suis pas en train de retourner ma veste en disant que l'amour est la seule façon d'être heureux. On respire...!

Mais l'amour, c'est en grande partie du désir. Une soif qu'on cherche à étancher. Et l'image de la soif n'est pas si hasardeuse que ça puisque c'est un besoin humain et vital.
Les durs à cuire n'ont qu'à faire la moue, on a besoin d'eau autant que d'amour.
Voilà pourquoi il est important que le besoin existe, que votre bonheur ne soit pas complet. Car pour être aimé, il faut laisser à l'autre un espace à combler.

L'amour est trop frivole pour qu'on lui confie son bonheur tout entier. Et tous les autres trésors de la vie nous aident à l'apprécier totalement. Bien sûr qu'il est essentiel de se construire, car cela fait de nous des êtres capables d'aimer.
Mais comment faire si on ne lui laisse pas une raison de penser qu'il pourrait nous être utile ? Si on ne goûte pas le plaisir maso de l'attendre désespérément, au point de brûler les étapes et s'en mordre les doigts, d'en être dépendant et de le chercher sur Google ?

Quand on y pense, l'amour est le truc le plus inutile, insaisissable et incompréhensible qui existe. Je veux dire par là que pour la génération que nous sommes, qui préfère (A)voir qu'Être, l'amour n'a rien d'attrayant.
Il ne se possède pas. Ne se touche pas. Ne s'achète pas (ou peut-être à 9,99 € par mois pendant un an).

Pourtant, il en faut toujours un peu. Dans tout. Tout le temps.

C'est bien connu : la recette des boissons dont on est accro reste secrète.

Personne ne connaît rien à l'amour, en fait.
On nous dit ce qu'il ne faut soi-disant pas faire, mais pas ce qu'il faut faire.
C'est trop pour nous. Ça nous échappe ! Et quelque part, c'est rassurant de se dire que de cette façon on ne sera pas injustement disqualifié. Il n'y aura pas d'un côté les intellos qui comprennent tout et de l'autre les cancres de bonne volonté.

On peut trouver un tas d'outils, conseils et astuces pour augmenter ses chances de rencontre fructueuse et réduire le risque de tuer la relation dans l'œuf. Ça, oui !
Mais personne ne sait comment " trouver l'homme de sa vie ". Ceux qui vous le font croire sont mythomanes ou commerciaux.
Arrêtons de culpabiliser devant tous ces coaches condescendants qui nous font croire qu'on a tout raté. Arrêtons de compter nos points sur un article de magazine.

J'ai donc commandé des sushis, éteint l'ordinateur, puis j'ai arrêté de réfléchir. J'ai fait un ou deux trucs sans intérêt. Genre regarder chez les voisins et encore acheter des fringues. Et j'ai commencé à me sentir mieux.

Soulagée, quelque part. De ne pas avoir à monter un plan d'action ni jouer un rôle pour trouver l'homme de ma vie. De ne pas avoir trouvé de réponse.

Même si c'est difficile et que l'attente me torture souvent bien plus que ce que j'aurais cru, je préfère créer ma propre recette. Jouer selon mes propres règles.
Je suis capable d'évoluer, de me remettre en question. Je sais me poser des limites.
Peut-être que je ne le trouverai jamais, peut-être que je suis effectivement trop têtue ou je ne sais quoi. Peut-être que je n'ai rien compris. Mais j'honore davantage mon pouvoir d'attraction naturel, que toutes les théories d'internet.

Prenons mon ami E...
C'est un homme d'une intelligence fine, passionné par la programmation et créateur de technologies.
Il est pour moi un trader de séduction et un programmateur de feeling.
C'est un collègue, un ami. Alors la première fois qu'on a parlé de nos vies affectives (enfin surtout la sienne !), je m'attendais à tout sauf à ce qu'il me réponde qu'il avait rencontré son épouse par une suite de données et de calculs.
Il m'a expliqué comment il avait détourné l'usage commun des sites de rencontres selon ses talents et ce qui lui parlait le plus.
D'après une liste bien ordonnée de questions préconçues et testées, il arrivait à savoir dès les trois premiers messages, s'il y avait lieu de s'attarder avec la personne ou pas. Il a répété le processus à chaque nouvelle rencontre jusqu'à tomber sur LA personne. " Une méthode infaillible. Efficace à 90%." m'a-t-il vendu.

Mon cher E, je dois t'avouer que j'ai encore du mal à te croire.
Mon côté glamour et irrémédiablement romantique m'interdit d'adhérer à cette méthode. Désolée j'ai des obligations sentimentales. Trop mécanique pour moi, il est clair que ce ne sera pas ma méthode.
Mais je la crois et la respecte, car il n'y a qu'à voir l'amour qui irradie de ton épouse et toi pour en constater les résultats.

Le romantisme serait-il devenu aussi insaisissable et surprenant que la technologie ?

La femme du 21ème siècle est capable de créer sa propre méthode.
Deux siècles en arrière, on cherchait le mariage en espérant que ça aboutisse à l'amour. Aujourd'hui, on cherche l'amour en espérant que ça aboutisse au mariage. Ou au moins à quelque chose de réel et fort.

Nous avons plus de possibilités dans la vie. Nous sommes mille et une choses à la fois. Nous avons des exemples et du choix.
Notre idéal amoureux ne se limite plus à un compagnon de foyer.

Alors il faut plus de temps pour trouver l'amour. C'est presque un algorithme infiniment précis et inexplicable. Que seul la concordance du temps et du hasard peut produire.

Arrêtons de courir après le bon conseil qui va changer notre vie. J'aime à croire que l'amour est le seul et unique truc sur lequel l'être humain n'a jamais réussi à poser de procédure.
Écrivons nos histoires. 

#modedemploi

#norulesnosecret

#youroneway

#recettedelamour